De Kerambellec à Kerbellec

Kerbellec ou Kerambellec = « la ville au prêtre »
(source : « Les noms de famille les plus portés en Bretagne » de Gwennole Le Menn)

Nos aïeux portaient historiquement le nom de KERAMBELLEC au début du 17e siècle. Certains de nos cousins ont gardé cette forme tandis que notre lignée s’est transformée en KERBELLEC vers 1850.

Plougonver, l’Eglise

Un temps installé à Plougonver avec Johannès KERAMBELLEC vers 1600 et ses enfants et petits-enfants, les KEREMBELLEC vivent ensuite dans les communes avoisinantes selon les mariages (Burthulet, Pestivien, Botmel, Duault puis Carnoët).

De la 14e à la 7e génération:

Johannès KERAMBELLEC (14e gén.) nait vers 1590 à Plougonver et y épouse Jeanne BARGUEDAN.

Leur fils Yves nait à Plougonver en 1614. Nous ne connaissons pas son épouse mais son fils Henry KEREMBELLEC (12e gén.) et sa belle-fille Marie LHOUROUIL qui passent leur vie à Plougonver. Leurs décès sont recensés à Plougonver à 4 mois d’intervalle fin 1678 et début 1679. Ils devaient avoir alors environ 45 ans.

Jean KEREMBELLEC (11e gén.) nait également à Plougonver en 1658.

Acte de baptême de Jean KEREMBELLEC né le 25 mars 1658 à Plougonver

Jean se marie à Duault, Burthulet avec Marie LE ROUX, 21 ans en 1688 et originaire de Burthulet.

Burthulet, Chapelle Saint Jean-Baptiste

Jean Kerambellec (10e gén.) et son épouse Marie Benjamin s’installent dans le village de cette dernière au lieu-dit Kerjulou à Pestivien après leur mariage en 1732.

Ils ont au moins 3 enfants Nicolas, Jean notre aïeul et Marie. Jean Kerambellec nait en 1740 et épouse en 1760 Isabeau Le Flohic, de 5 ans sons ainée.

En 1788, leur fils Nicolas Kerambellec (8e gén.), toujours de Pestivien, épouse Marie Stephan de Botmel (commune devenue Callac). On trouve la trace de 2 de leurs enfants, Pierre Marie et une petite sœur Marie Anne, de 20 ans sa cadette et qui ne survécut que 3 mois en 1817 ; on peut imaginer qu’un grand nombre de frères et sœurs sont également nés durant ces deux décennies.

Callac, ruines de l’église de Botmel

Pierre Marie Kerambellec (7e gén.) est lui né en 1796 au lieu-dit Gouhellou sur la commune de Botmel.

Il est laboureur avec sa femme Marie Josèphe Françoise Blanchard qu’il épouse à l’âge de 20 ans à Duault, commune de résidence de toute la branche maternelle de Marie Josèphe. En 1834, ils résident au lieu-dit du Petit Pont à Saint Nicodème.

L’église de Saint Nicodème vers 1840,
gravure de Jérôme Jean POTEL

Marie Josèphe Françoise décède fin 1849 et Pierre Marie se remarie l’année suivante avec Marie Renée LE MOIGNE avec laquelle il vit 9 ans. De nouveau veuf à 63 ans, Pierre Marie se marie une 3ème fois, avec Anne LE BRIS, jeune aide ménagère de 26 ans. Anne lui donnera un fils Mathurin KEREMBELLEC (1861 – 1944), grand-père de Mireille KEREMBELLEC, cousine généalogiste retrouvée via geneanet.

Concernant Pierre Marie et sa 1ère épouse Marie Josèphe Françoise BLANCHARD, on peut penser qu’ils ont repris à Duault les quelques terres familiales laissées en dot ou héritage par la famille Blanchard car on y retrouve la trace de leur fils Louis, demi-frère de Mathurin, qui y est né en 1828 et qui y est installé en 1852.

6e génération:

Louis Kerambellec, installé à Duault, y est cultivateur garçon et laboureur. Début 1852, les bans de son mariage avec Marie Catherine Rochard sont publiés à Duault et à Locarn, commune d’origine de la future mariée. Marie Catherine sait signer, contrairement à Louis :

Signature de Marie Catherine Rochard sur son acte de mariage

La famille s’installe à Carnoët, lieu de naissance de leurs enfants. Tous porteront alors le nom de KERBELLEC et non plus KERAMBELLEC.

Carnoët , chapelle Saint Gildas
  • Louis Jean Marie (1855 – 1897), cultivateur à Trébrivan
Signature Louis KERBELLEC
  • Jean Marie (1858) domstique et laboureur
  • Pierre Marie Paule (1863), domestique
  • Suzanne Marie Perrine (1866), qui ne vivra que 18 mois
  • Marie « Joséphine » (1869) notre aïeule
  • Pauline Perrine (1870)
  • Guillaume Jean (1872) qui ne vivra que 18 mois également

5e génération :

Joséphine Kerbellec est de petite taille; elle mesure 1 mètre 55 et les yeux verts. « Elle ne parle que le breton et chique le tabac. » (conversation avec Denise et Léone du 31/05/2002 à Arreux).

Joséphine KERBELLEC

Elle se marie en 1895 avec Pierre Le Moigne et ils vivent à Trébrivan à Restoury, où Pierre est laboureur, le dernier d’une longue lignée LE MOIGNE vivant à Locarn.

Telle est notre aïeule, qui a eu 6 enfants dont seules survécurent les 3 sœurs nées après 1900; « Maria », (prénommée à sa naissance « Marie Catherine » comme sa grand-mère Rochard), Marie Philomène « Tante Mène » et Hortense Marie Ambroisine, notre grand-mère.

Joséphine décède à 76 ans le jour de la Libération, le 8 mai 1945, après près de 30 ans de veuvage, Pierre Louis étant décédé en décembre 1916 à Trébrivan, la laissant à l’époque avec ses 3 filles de 11, 15 et 16 ans.

En 1940, elle travaille pour la maison GIFFARD, chemin du Plessis Gautron à Nantes. Elle vécut à La Croix Bonneau à Nantes jusqu’à son décès à Trébrivan en 1945.