Se marier en février

Parmi plus de 1000 mariages de nos aïeux célébrés depuis 1600, plus d’ 1/4 l’ont été au mois de février. Viennent ensuite les mois de janvier et novembre parmi les mois privilégiés. Se marier au cœur de l’hiver est – ou était plutôt – le plus courant et cela s’explique d’une part sans doute parceLire la suite « Se marier en février »

4 mariages et 1 enterrement

Notre aïeul Louis DUFLOS est meunier du moulin de Villeneuve-sur-Bellot en Seine-et-Marne où il se marie une 1ère fois en 1712. Nicolas sera veuf 3 fois de suite et se mariera en tout 4 fois en moins de 17 ans. Louis DUFLOS est un aïeul de la branche BRÉJON: Lors de son premier mariage en septembre 1712Lire la suite « 4 mariages et 1 enterrement »

Jeanne et Claude, une famille nombreuse vers 1750

Marie Jeanne BAUDIN ou BAUDET naît en 1716 dans l’Aisne, vraisemblablement à Pavant mais les archives de la commune cette époque ont disparu. Elle épouse vers 1735 Claude NOUVEAU, qui est vigneron tout comme les 5 générations de fils ou gendres qui suivront. De leur union naîtront 14 enfants, 8 filles et 6 garçons. DeLire la suite « Jeanne et Claude, une famille nombreuse vers 1750 »

Un peu de sang bleu

« Tout homme descend à la fois d’un roi et d’un pendu », dixit La Bruyère. Nous avons peut-être trouvé le premier mais pas encore le second. « Peut-être » seulement car les généalogies royales sont parfois confuses et sujettes à discussion. La version qui est présentée démarre, presque naturellement, par notre branche LEROY (!), via notre arrière-grand-mère Hélène LEROY, et nous conduitLire la suite « Un peu de sang bleu »

Une fabrique de boutons en os vers 1840

Jusqu’au milieu du XIXème siècle, l’activité de Pavant est concentrée sur l’exploitation de la terre et des vignes. C’est à partir des années 1840 que deux fabriques apparaissent : Isidor BRÉJON et Gustave TOURRETTE font construire tout spécialement pour réaliser des fabriques de boutons (source: Histoire de Pavant de Charles CORNETTE). Isidor est un cousinLire la suite « Une fabrique de boutons en os vers 1840 »

Des mendiants et des Seigneurs

Nos ancêtres, comme la grande majorité pendant des siècles, vivaient du travail de la terre; ils étaient très souvent cultivateurs, vignerons, laboureurs voire simples journaliers ou manouvriers pour les plus démunis qui gagnaient leur pain en travaillant dans les fermes alentours. La précarité et la misère étaient monnaie courante ; tel fut le cas pour auLire la suite « Des mendiants et des Seigneurs »

Quand les mariés se remarient entre eux

Notre cousine éloignée Marie Hélène BRÉJON et François RAHAULT se marient à Pavant le 5 juin 1763. Deux ans et demi plus tôt, le 26 novembre 1760, ils célébraient déjà leurs noces ensemble, dans la même église. Entre temps, leur fils Augustin est né fin 1761. François et Marie-Hélène n’ont pas divorcé car le divorce civil ne fut autoriséLire la suite « Quand les mariés se remarient entre eux »

La maison natale de Pisseloup

Notre grand père a vécu dans les années 1920 à deux kilomètres de Pavant, dans le village de Pisseloup, où son père Gaston travaillait en tant que contremaître de l’usine de plâtre alors fort active. Le plâtre extrait des carrières était conditionné et amené à l’embarcadère situé à quelques dizaines de mètres de là pourLire la suite « La maison natale de Pisseloup »

L’apprenti devient « Mécru »

Je suis né en 1914. A treize ans, je quitte l’école et entre en apprentissage d’ajusteur. Ayant accompli mon service militaire au 2ème Génie à Metz en 1935/36, je suis admis à la Compagnie de l’Est comme ouvrier ajusteur au dépôt de Longueville en janvier 1937. Aussitôt commissionné, j’accède au service des machines et effectue unLire la suite « L’apprenti devient « Mécru » »

Victor RAHAULT, ou comment épouser la sœur de sa belle-mère

Jean Simon RAHAULT nait en 1773 à Pavant et se marie avec Marie Louise ROMELOT, 20 ans, en 1798. Ils auront 2 garçons dont Dominique Victor RAHAULT. Sa mère Marie Louise décède alors qu’il n’a que 7 ans… Veuf, Jean Simon RAHAULT se remarie en 1810 avec Anne Marie COTTRAY, de 10 ans sa cadetteLire la suite « Victor RAHAULT, ou comment épouser la sœur de sa belle-mère »

Louis FAUVET épouse la nièce de sa femme

Louis Antoine FAUVET, veuf d’Hélène BOURNICHE, a épousé en secondes noces Catherine Constance BOURNICHE, sa nièce par alliance, via feu sa première épouse. L’union est insolite et s’est déroulée ainsi: Louis Antoine FAUVET est un de nos aïeux, né à Pavant en 1777. Les FAUVET sont en fait originaires du village voisin de Sablonnières auLire la suite « Louis FAUVET épouse la nièce de sa femme »

Désiré TABOURET, un « Indien » écroué

1 mètre 61, barbu, le front dégarni, Rose Désiré TABOURET boite de la jambe gauche lorsqu’il est écroué à Tours, accusé de mendicité et de vagabondage. Comment notre aïeul qui est un compagnon charpentier du Devoir de Liberté (compagnons que l’on surnomme à l’époque les « Indiens »), en est-il arrivé là, à 62 ans ? RemontonsLire la suite « Désiré TABOURET, un « Indien » écroué »

GOSSOIN, maréchal ferrant criblé de dettes

En 1846, la jeune Léontine MIREAUX âgée de presque 18 ans, épouse le maréchal ferrant Louis François GOSSOIN de 2 ans son aîné. Cette union va l’emmener à l’autre bout du monde, à Bourail en Nouvelle-Calédonie, pour suivre l’amour de sa vie, condamné aux travaux forcés à perpétuité. Marié à Léontine dans le village deLire la suite « GOSSOIN, maréchal ferrant criblé de dettes »

Quelques cousins célèbres … très éloignés

Via le site Geneastar, nous avons retrouvé des liens très éloignés – car datant généralement des 16e et 17e siècle – avec quelques célébrités; de Camille CLAUDEL à Didier RAOULT en passant par Thierry LHERMITTE, en voici quelques-unes listées ci-dessous. Source photo: arbre de consanguinité de Willem VRELANT (1410-1480) Côté BRÉJON: Côté VINCE: Côté VINCE (LEROY):Lire la suite « Quelques cousins célèbres … très éloignés »

Du romarin et des prières

La peste ou le choléra, nos ancêtres ont croisé les deux, à des époques différentes, ici en 1729 et un siècle plus tard en 1832, avec à l’époque peu de connaissances médicales ni de moyens pour les combattre … 1729 : année pestiférée à Saâcy sur Marne En 1729, la peste sévit à Luzancy qui l’annonceLire la suite « Du romarin et des prières »

LEBAS, HAMON, MELLEC, BRÉJON: destins communs

Notre arrière-grand père Jacques LEBAS et nos 3 arrière-grands oncles Jean HAMON, Yves MELLEC et Fernand BRÉJON sont de la même génération et ont également en commun d’être parmi les 2 millions de poilus morts pendant la Grande Guerre. . Jean HAMON et Yves MELLEC au 48ème Régiment d’Infanterie, arrière-grand-oncles Jean Marie HAMON est leLire la suite « LEBAS, HAMON, MELLEC, BRÉJON: destins communs »

RAHAULT le bagnard de l’ile Nou

François Alexandre RAHAULT meurt à 66 ans en 1892. Il est alors sur l’Ile Nou en Nouvelle-Calédonie, à plus de 16,000 kilomètres de Pavant, son village natal, condamné aux travaux forcés à perpétuité. François Alexandre est le cousin germain de notre aïeule Joséphine Crescence COTTRAY, de la branche MANTEL: 25 ans plus tôt à Pavant,Lire la suite « RAHAULT le bagnard de l’ile Nou »

Emile BRÉJON le pompier

L’histoire commence en 1868 avec l’initiative du jeune Emile BRÉJON, âgé de 24 ans, qui lance une souscription volontaire pour l’acquisition d’une pompe à incendie, décidée par la municipalité de Pavant.Source: Histoire de Pavant de Charles CORNETTE (pages 187 et 201). Cette souscription rapporte 1663 francs de l’époque, soit l’équivalent de près de 5500 eurosLire la suite « Emile BRÉJON le pompier »